Podcast #47 : La décennie gay

Bonjour à tous !

Pour démarrer 2019 nous publions enfin un numéro de fond que nous préparions depuis longtemps. Avec Murdoc, Spades, Wizz, et sous la houlette de notre host de choc Mikadotwix nous allons aborder l’influence de la culture gay sur la culture populaire des années 80. Ou comment un mouvement d’émancipation a fini par rendre incontournables des codes, des images, des références et des messages politiques, en façonnant au passage un pan majeur de l’identité de nos chères Eighties. 

Il sera question de musique, de cinéma, de publicité, d’arts graphiques, de mode et même de mangas ! Un cocktail explosif que nous vous invitons à découvrir sans plus attendre. Bonne écoute !!

Références cinéma :

dans ce numéro Spades vous parle d’un reportage un peu étrange déniché sur le site de l’Ina

 

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Frankie dit :

    Bonjour à tous.
    Vous pouvez changer le paramètre qui fait apparaitre le petit bouton « Téléchargement »?

    Merci ! 🙂

  2. Strider Tag dit :

    Tout d’abord, je vous félicite pour avoir abordé un thème aussi « délicat » (sans jeu de mots) sans tomber dans le jugement ou dans la moquerie.

    Quelques commentaires sur les thème abordés :
    -Bien joué pour « Relax » de « Frankie goes to Hollywood ». J’espère que vous êtes « détendus » les gars …

    -En ce qui concerne les membres androgynes des groupes, j’aimerais citer deux exemples :
    –Nick Rhodes de « Duran Duran » (qui a piqué le look de David Sylvian). D’ailleurs, tous les membres de Japan (groupe que Sylvian avait fondé) avaient ce look ultra maquillé. Et que dire quand Duran Duran s’est scindé en 2 (« Arcadia » et « Power Station ») au milieu des années 80, même si brièvement, et Nick Rhodes avait adopté un look « tout de noir vêtu », chevelure y compris.
    –Martin Gore, de « Depeche Mode » … avec en plus son look inspiré du sadomasochisme à l’époque (dont il avoue avoir regretté).
    Et « à contre courant », Annie Lennox de « Eurythmics ».

    -Un morceau qui joue sur les interdits : « It’s a sin » des Pet Shop Boys (de leur 2ème album, « Actually »), bien que Neil Tennant n’ait fait son coming out que vers le milieu des années 90 (à l’époque des albums « Very » et « Bilingual » … ça s’en ressent dans les morceaux).

    -Bon, c’est plus fin des années 80 / début des années 90, mais NEVER FORGET George Michael dans « Freedom », ou plutôt « Freedom ’90 » (de son 2ème album solo, « Listen Without Prejudice »), où il avoue en avoir assez de l’image image de « bad boy avec le blouson en cuir » que son label musical lui colle et veut vivre sa vie comme il le souhaite.

    -dans les animés (plus particulièrement les shonen), il est vrai que le thème du « personnage androgyne du groupe » a inspiré d’autres personnages (Kurama dans « Yuyu Hakusho »).

  1. 1 février 2019

    […] Lire Plus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *