Podcast #18 : Running Man / Le prix du danger

BAN_Running1

Bonjour à toutes et à tous, contents de vous retrouver pour cette troisième saison (et oui déjà) !
Nous avons rechargé les batteries et sommes prêts à vous proposer pleins de nouveautés (rubriques, émissions…) !
Vous avez déjà pu en découvrir certaines sur le site si vous suivez régulièrement nos aventures.

Mixtape de Mister Wizz tous les premiers samedis du mois,
Eighties plus, la micro critique de Yetcha tous les 15 jours,
Cadeaux bonux nouvelle formule en alternance avec les épisodes réguliers,
Eighties et Vous, nouvelle émission/entretien une fois par mois.

Pour ce premier numéro de la saison nous vous proposons de replonger dans le monde de la télé réalité tel qu’on l’imaginait dans les années 80 !
Quoi de mieux que les deux références en la matière de l’époque à savoir « Le prix du danger » d’Yves Boisset et « Running Man » de Paul Michael Glaser.

Un animateur, Sirf, accompagné de 3 chroni-traqueurs (Yetcha l’étripeur de Schtroumpfs, Spades l’équarrisseur de vaches à lait et Wizz le pourvoyeur des caisses de retraite) !

C’est désormais une formule plus riche en contenu que nous vous offrons pour les épisodes réguliers avec pour objectif de vous donner envie de revoir les films traités plutôt que de trop vous en dévoiler le contenu.

Pour ces deux films nous évoquerons
– leur pitch assez proche au point de l’avoir unifié.
– la bio des deux réalisateurs
– leurs visions dystopiques
– le regard porté sur la société
– les anecdotes, l’OST, les DVD/Bluray/jeux vidéo
une conclusion collégiale sur le vieillissement (ou non) de ces deux oeuvres

Impossible également de ne pas évoquer le livre « Running Man » de Richard Bachman (Stephen King) en toute fin d’émission.

Nouveauté également à compter de ce numéro nous avons l’honneur de vous faire découvrir la première illustration d’Eric Bouvet, peintre/illustrateur qui va au gré de ses inspirations illustrer nos prochains numéros ! Vous aurez très bientôt l’occasion de le découvrir plus en détail, encore merci Eric pour ton soutien !

P1060397-1024x745_OK

Surtout n’hésitez pas à nous poster vos retours sur Facebook, Twitter ou sur le site lui même encore plus que d’habitude pour que l’on sache si cette nouvelle formule vous convient !

Bonne écoute et à très bientôt pour un nouvel épisode !

La Eighteam

Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. Julien dit :

    Salut à vous et merci pour ce podcast. Je me permets de vous laisser un petit commentaire afin de vous féliciter pour le choix du sujet ainsi que (et surtout) pour son traitement, que j’ai trouvé relativement profond et intelligent. Je vous ai découverts via La Caz Rétro, et mes premières écoutes de vos émissions ne m’avaient pas laissé un souvenir impérissable (désolé)… J’avais eu un peu de mal avec l’approche un peu cul-cul-la-praline (pardon) des émissions que j’avais écoutées. Trop dans le pathos du souvenir, et pas ou peu de développement du sujet traité.

    Or là (bonjour Guy), on sent que vous avez bossé sur les films, vous couvrez pas mal d’aspect sans pour autant verser dans l’intellectualisme. Bref, j’ai beaucoup aimé ce podcast.

    Continuez comme ça, c’est du super travail 😉

  2. Spades Spades dit :

    Merci beaucoup pour ton commentaire Julien.
    Effectivement on s’est beaucoup remis en questions ces derniers mois pour essayer de proposer un contenu de meilleur qualité à nos auditeurs et je suis ravi de voir que cette nouvelle formule, même si elle n’est pas encore parfaite, t’ait plu. D’autant plus que tu avoues ne pas apprécier notre précédente approche, c’est une jolie récompense pour tout le travail qu’on a fournit pour aboutir à ça 🙂

  3. C2J dit :

    Salut à tous, cela fait depuis peu que je suis vos podcasts et je tiens à vous dire que je prends beaucoup de plaisir à vous écouter. Bon certes, vous n’êtes pas toujours exacts sur vos infos, mais ce sont des choses qui arrivent, difficile d’être irréprochable sur un enregistrement d’1h30-2h.
    Concernant votre nouvelle formule, j’apprécie le fait que vous creusiez plus les sujets en profondeur, il pouvait arriver que certains sujets aient été un peu trop survolés par le passé et là, on sent un vrai effort de votre part et c’est tout à votre honneur.
    Maintenant, pour ce qui est du sujet, j’aime énormément les deux films. C’est vrai que Running Man tient plus du plaisir coupable qu’autre chose, mais je l’assume et je prends toujours du plaisir à le regarder. Ceci étant dit, j’aurai deux choses à dire:
    – Premièrement, j’ai un peu tiqué concernant votre conversation sur les traqueurs de Running Man et j’ai été surpris d’entendre que vous étiez passés à côté d’une donnée importante qui explique cet aspect un peu ridicule du film: c’est tout simplement le catch américain.
    On était en 1987 et à l’époque aux USA (et aussi un peu en France) le catch était au top de sa popularité. Hulk Hogan était une icône dont la popularité ne cessait de grimper et les shows faisaient un malheur que ce soit en billetterie, en recettes TV ou en produits dérivés. Or, LA fédération en vogue à l’époque était la WWF (aujourd’hui WWE) dont était issu Jessie « The Body » Ventura et la fédération se caractérisait surtout par ses gimmicks (ses personnages si vous préférez) « bigger than life », qu’on peut clairement qualifier de grotesques aujourd’hui (genre un gardien de prison, un sosie d’Elvis ou un milliardaire entre autres). Je pense que Steven E. De Souza, le scénariste du film, s’est inspiré de la popularité grandissante de ce divertissement pour appuyer sur ce côté « Larger Than Life » afin de captiver la foule dans le film. D’ailleurs, un passage dans le film montre ce côté Superstar des traqueurs (d’ailleurs les catcheurs de la WWF/E se font appeler les WWF/E Superstars), sans compter que leur morpho-type correspondait exactement aux catcheurs de l’époque (grands, baraqués ou gras, en tout cas de vraies baraques). D’ailleurs détail marrant, parmi les traqueurs on trouve deux anciens catcheurs: Jessie Ventura et Professor Toru Tanaka alias Sub-Zero. On peut aussi voir une petite référence dans le film quand le Captain Freedom regarde une ancienne photo de lui, avec une ceinture de champion de catch autour des hanches.
    – Deuxièmement, j’avoue être en désaccord avec vous concernant la fin des deux films et j’avoue avoir préféré la fin de Running Man à celle du Prix du Danger. Avant que vous balanciez vos tomates et autres cailloux, laissez-moi développer.
    Outre le fait que je n’ai rien à reprocher aux Happy Ends (question de goût donc passons), j’ai trouvé la fin du Prix du Danger trop définitive. La fin montrée est clairement désespérée et elle laisse l’impression qu’il n’y a plus d’espoir. Or généralement, les récits dystopiques se concluent par une fin ouverte, laissant l’imagination du public travailler. Je l’avoue, ça m’a gêné mais je comprends que vous ayez apprécié. De l’autre côté, Running Man m’a laissé justement une impression plus ouverte sur la fin du film. Pour rappel, le film se conclue sur Killian parti en fumée, Richards & Amber partant bras dessus-bras dessous et l’émission se coupant brutalement sur les écrans géants. Or justement, je trouve que cette interruption brutale du signal laisse la suite sujette à interprétation: Est-ce que le pouvoir va réprimer ce mouvement? Est-ce que la Résistance va profiter de cette soirée? On nous laisse dans le doute et je trouve cela plus intéressant au final.
    Voilà, après ce n’est que mon avis, chacun est libre du sien. En tout cas, vous faites de bon travail, vous progressez bien et j’attends avec impatience vos prochains podcasts car les 80’s me passionnent…

  4. Yetcha dit :

    Alors là C2J, je dis bravo et merci. Vous apportez exactement le genre d’informations complémentaires à côté desquelles nous sommes en effet passés. C’est même dingue qu’aucun d’entre nous n’ait rebondi sur le catch ! Merci également pour les remarques sur l’évolution positive du podcast. Comme le dit Spades juste au-dessus, on a effectué une grosse remise en question et décidé ensemble de prendre un axe plus analytique que factuel concernant les sujets abordés. Il restera à l’avenir des sujets qui se prêteront peut-être plus à une compilation de souvenirs que vous partagerez sans doute avec nous, mais dans l’absolu, notre objectif est de se diversifier au travers des nouveautés annoncées mais surtout de changer l’axe de travail, comme vous avez pu le remarquer. Merci encore, restez fidèle et plein d’autres surprises seront à découvrir dans les semaines et les mois qui viennent.

  5. Imrage dit :

    Je n’ai pas terminé l’écoute (je suis en retard dans mes pods 🙂 ) mais j’ai envie de dire….Wizz, c’est un peu le Jean Pierre Koffe de l’émission 🙂

  6. Kakita Somy dit :

    Merci pour ce podcast qui m’ donné furieusement envie de découvrir Le Prix du Danger, ayant été très fan de Running Man (dont j’ai usé la VHS plus que de raison) au point d’avoir songé en faire une adaptation en jeu de rôle. Cette idée, d’autres l’on concrétisée avec le jeu narratif Un Train d’Enfer, disponible gratuitement en téléchargement sur le site de l’éditeur 500 Nuances de geek

    http://www.500nuancesdegeek.fr/un-train-denfer/

  7. Yetcha dit :

    Merci pour ce commentaire Kakita Somy, l’un de nos objectifs étant de donner envie à nos poditeurs de voir ou revoir des films, séries et autres produits culturels des années 80, il semble que nous ayons atteint notre objectif avec votre remarque. N’hésitez pas à regarder Le prix du danger, vous ne le regretterez pas. Et donnez nous votre avis après visionnage ici même dans les commentaires. Bonne journée et à bientôt sur nos prochains numéros.

  8. Kakita Somy dit :

    Ça y est j’ai vu Le Prix du Danger et je dois dire que c’est une sacrée claque, nihiliste et désespérée… Et je suis effectivement bluffé par le discours visionnaire de ce film sur le fonctionnement actuel des médias. Le visuel est très marqué années 80 mais l’uchronie fonctionne parfaitement par sa pertinence. Si je devais produire un remake américain de ce film (et si j’avais une machine à voyager dans le temps), ce ne serait clairement pas Running Man: je retournerais dans le passé et je proposerais script à Steven Spielberg juste avant qu’il ne lance la production de Minority Report. Imaginez un Tom Cruise traqué par des poursuivants suréquipés dans un monde où les écrans sont omniprésents et la surveillance une norme…

    • Mikadotwix dit :

      Merci pour ton retour.
      En effet je trouve aussi que « Le prix du danger » est criant de vérité et même ultra flippant quand tu vois les programmes que les médias proposent aujourd’hui.

  9. Général Bagar dit :

    Salut à toute l’équipe (à Sirf notamment que je connais dans une réalité alternative),
    En quelques mots : un grand bravo pour cette nouvelle ligne éditoriale, qui nous fait sortir de la pure évocation des souvenirs personnels, qui ne pouvaient (à la longue) que recouper les Boccolineries de la TNT.
    J’y voyais à peu près la seule limite du concept (se faire plaisir, rejouer la fausse pub Tonyglandyl, chanter Capitaine Flam si ça fait du bien – rien à redire à ça), mais sur la durée, vous prenez le bon virage.
    Là vraiment, vous tirez l’auditeur par la manche en lui donnant envie (ou pas) de voir ou revoir des films qu’il a vu (ou pas). Et comme j’imagine que vous ne vous « imposez » rien (vous parlez de ce dont vous avez envie de parler), ça passe super bien, on a tout de suite envie de filer à son vidéoclub pour louer la VHS… ouh merde, je me suis cru dans les années 80 avec vos conneries !
    Bref, sur le cobaye que je suis, ça a vraiment très bien marché : 1), oui, j’ai vu Le Prix du danger ET Running Man vers la fin des années 80, mais jamais depuis, 2) vous m’avez donné envie de les revoir, avec un regard forcément plus critique que si je n’avais pas écouté ce podcast.
    Si vous me redonnez envie de me farcir à nouveau tous les Vendredi 13, c’est que vous êtes vraiment très forts.
    La bise du Général.
    Rompez.

Répondre à C2J Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *