EIGHTIES + Projection n°8

BanYetcha_LEFRONTEE

Eighties +, c’est la micro-critique cinéma bimensuelle de Yetcha, exclusivement pour vous sur eightieslepodcast.fr

Et oui, il fallait que je parle de ce film incroyable, il peut paraître un peu « féminin » au premier abord, mais détrompez-vous, il est surtout juste, sincère, touchant et vrai. Il représente un des classique français du cinéma des années 80. C’est également le premier grand rôle de Charlotte Gainsbourg au cinéma à tout juste 14 ans et à laquelle, je dois reconnaître, je voue un culte un peu à la façon d’Alyssa Milano comme vous avez pu le remarquer lors de la micro-critique de Commando

Allez les eightophiles, le rideau se lève, il est temps de se caler dans son siège, la projection va commencer…

L’EFFRONTÉE

L'effrontée
Sortie le 11 décembre 1985 à grand renfort de promotion.
Réalisation : Claude Miller, décédé en 2012, il reste un des grands réalisateur français.
Il est assisté de Bruno Herbulot
Scénario : Claude Miller, Luc Béraud, Bernard Stora et Annie Miller (sa femme et productrice)
Musique : Alain Jomy
Et surtout l’utilisation du titre de Ricchi e Pove
ri : « Sarà perché ti amo » qui deviendra alors le thème du film.
Produit par Oliane Productions, Films A2 et Téléma Productions
Distribué par UGC

https://www.youtube.com/watch?v=f6yihzkYAxs


Distribution partielle:
Charlotte Gainsbourg : Charlotte Castang

Bernadette Lafont : Léone
Jean-Claude Brialy : Sam, l’imprésario de Clara Bauman
Julie Glenn : Lulu
Clothilde Baudon : Clara Bauman
Jean-Philippe Écoffey : Jean
Raoul Billerey : Antoine Castang, le père de Charlotte

Synopsis
Une jeune ado de 13 ans, en vacances avec des idées toutes neuves sur l’amour, les émotions, les garçons, mais aussi sur les filles. L’approche des sentiments dans un tournant de la vie. Elle va être bouleversé lorsqu’une jeune pianiste prodige vient dans son village à l’occasion d’un concert. 

Anecdotes
Le film est une adaptation libre d’un roman états-unien de 1946, « The member of the wedding » de Carson McCullers, traduit en français sous le titre « Frankie Addams » en 1949 et ré-édité en 1974.
Prix Louis-Delluc en 1985.
César du meilleur second rôle pour Bernadette Lafont en 1986.
César du meilleur espoir féminin pour Charlotte Gainsbourg en 1986.
Nommé pour les Césars 1986 comme Meilleur film mais Trois hommes et un couffin sera sacré.
Nommé pour les Césars 1986 comme Meilleur réalisateur pour Claude Miller mais c’est Michel Deville pour Péril en la demeure qui sera sacré.

LA MICRO-CRITIQUE

Ce Claude Miller est tout bonnement une source de bonheur et de plaisir. Les dialogues sont justes, cyniques, drôles… Effrontés! Charlotte est belle comme le jour, j’en suis tombé amoureux à 10 ans quand j’ai vu ce film! Les rapports familiaux sont plein d’amour, simples et sincères. Cette pré-ado qui se voit grandir avant l’âge est rattrapée par la réalité en tombant sur un jeune homme trop entreprenant. Le titre de Ricchi e Poveri – Sarà perché ti amo, est pour moi collé à la peau de ce film pour toujours. J’entends le titre, et je vois le jardin de la location de vacances avec Charlotte et Lulu qui dansent. C’est un beau film, sensible, sentimental et drôle. On se sent bien et heureux après avoir vu un film comme L’effrontée.
Allez-y…

LA NOTE

Top moumoute

perruque-annaces-80-coupe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *