EIGHTIES + Projection n°9

BanYetcha_DIMENSION

Eighties +, c’est la micro-critique cinéma bimensuelle de Yetcha, exclusivement pour vous sur eightieslepodcast.fr

Non, nous ne sommes pas dans la 4ème dimension, nous  sommes bien ce matin dans l’année 2016 ! Donc meilleurs vœux à tous, plein de bonnes choses en cette nouvelle année et restez fidèles.

Allez les eightophiles, le rideau se lève, il est temps de se caler dans son siège, la projection va commencer…

               LA QUATRIÈME DIMENSION (THE TWILIGHT ZONE)

La 4ème dimension
Sortie le 24 juin 1983 aux États-unis et le 1er février 1984 an France.
Réalisation : Attention les yeux, John Landis, Steven Spielberg, Joe Dante et George Miller, ça calme!
Film à sketches oblige, plusieurs scénaristes interviennent dont John Landis lui-même, Richard Matheson (Romans : Je suis une légende, L’Homme qui rétrécit, Je suis une légende, autres scénario : Duel, Chroniques Martiennes, Quelque part dans le temps, Dents de la mer 3…) qui s’inspira de George Clayton Johnson (L’âge de cristal et Ocean’s Eleven), et Jerome Bixby, que j’adore, ne serait-ce que pour son The Man From Earth, que je vous conseille par la réflexion qu’il propose sur la connaissance, la culture humaine mondiale, la philosophie…
Musique : L’immense Jerry Goldsmith, qu’on ne présente plus.
Produit Warner Bros.
Distribué par Warner Columbia.

 


Distribution partielle

Dan Aykroyd : 2 petits rôles
John Lithgow : Monsieur Valentine
Kevin McCarthy : L’oncle Walt
Dick Miller : Le barman
Narrateur non-crédité : Rod Serling le créateur de la série The Twilight Zone

Synopsis
Quatre sketches et un prologue, nul besoin de vous donner les résumés, ils sont courts et abordent des domaines variés dans des milieux aussi étranges les uns que les autres.

Anecdotes
Une triste anecdote concerne un accident d’hélicoptère qui a eu lieu sur le tournage. Un comédien, Vic Morrow, le père de Jennifer Jason Leigh, ainsi que 2 enfants vietnamiens furent tués. John Landis, son producteur, le responsable des effets spéciaux et la Warner furent poursuivis en justice par la famille de Morrow. Ils furent tous accusés puis acquittés d’homicide involontaire mais il fut reproché à John Landis d’avoir illégalement et en pleine nuit, fait tourner des enfants. L’affaire fut néanmoins suivie de modifications au sein de la législation californienne. L’affaire est expliquée en détails ici (en anglais)

LA MICRO-CRITIQUE

Alors là, on peut carrément mettre la même critique pour les 2 volets (car il existe deux volets!). Les histoires sont très inégales, ne font plus grand chose côté surprise, horreur, suspense ou originalité. Les dialogues sont mauvais (en tout cas les doublages), les décors très « cheap ». Malgré les réalisateurs, les producteurs, les acteurs impliqués dans ce film à sketches, il est aujourd’hui assez in-regardables. Bons souvenirs certes, mais cruelle déception en le revoyant.

LA NOTE

Ça fout les boulesça fout les boules

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Thomas dit :

    Pas d’accord avec cette critique. Le film n’est pas in-regardable. Seul le segment réalisé par Spielberg a mal vieillit (trop gentillet, trop naïf) Celui de Dante est un délire total et cartoonesque, celui de Miller est toujours aussi angoissant et effrayant. Et celui de Landis se regarde aussi avec plaisir.

    • Yetcha dit :

      Ah et bien j’avais aussi raté ce commentaire. Je vois que nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde en effet. Comme je le dis, j’avais énormément aimé ce film il y a pas mal d’années, mais en le revoyant ça m’a fait un choc, dans le mauvais sens. Si on regarde des productions équivalentes de l’année 83, certaines ont gardé leur charme (Dead Zone, Christine, La forteresse noire…) et d’autres ont moins bien encaissé le poids des années (L’ascenseur, Videodrome, La foire des ténèbres…). Après tout est affaire de goût comme d’habitude, et ma rubrique est clairement subjective et ce déclare comme tel. Merci pour votre message et je poursuis mon exploration afin de voir si j’ai manqué un autre post de votre part ou d’un autre poditeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *