EIGHTIES + Projection n°6

BanYetcha_COMMANDO

Eighties +, c’est la micro-critique cinéma bimensuelle de Yetcha, exclusivement pour vous sur eightieslepodcast.fr

Aaaaah, là je vois des sourires sur certains visages. Ben oui, qui dit années 80, dit action-movies. Qui dit action-movies dit Schwarzy. et bien aujourd’hui même, là dans ma micro-critique, je vais, non sans un peu de honte, vous faire part de mon amour pour Arnold, les gros bras et surtout Alyssa Milano pré-pubère.

Allez les eightophiles, le rideau se lève, il est temps de se caler dans son siège, la projection va commencer…

COMMANDO

Commando

Sortie le 4 octobre 1985 aux États-Unis, le 5 février 1986 en France
Réalisation : Mark L. Lester – Scénario : Steven E. de Souza LA pointure du scénario (V la série, 48 heures, Running man, Die hard 1 et 2, La famille Pierrafeu, Judge Dredd…) avec à ses côtés, Jeph Loeb et Matthew Weisman

Musique : James Horner disparu tragiquement dans l’accident de l’avion qu’il pilotait en juin dernier est un incroyablement talentueux compositeur qui possède à son actif un palmarès qui nous a tous marqué et qu’il est impossible de résumer donc, merci qui ? Merci Jacq…..Euh, merci Wikipédia en cliquant ici.
Producteur : Schwarzy en 1985 signifie plein de sous, donc, ils sont nombreux à apporter des fonds. Je ne citerai que le créateur de l’Ultimate, l’inévitable Joel Silver (L’arme fatale, Die hard 1 et 2, Demolition man, la trilogie Matrix, V pour Vendetta, Esther, Sherlock Holmes…) 
Produit par SLM Production Group, Silver Pictures, Twentieth Century-Fox Film Corporation.
La bande-annonce d’origine ci-dessous nous montre à quel point le montage des trailers ont bien changé car ici c’est mou, parfois sans son et franchement, le film a l’air nul. C’était il y a 30 ans, et désormais Alyssa a presque 43 ans, nickel!


Distribution partielle:
Arnold Schwarzenegger : John Matrix
Alyssa Milano : Jenny Matrix
Alyssa Milano : Bennett
Alyssa Milano : Cooke
Alyssa Milano : Cindy
Alyssa Milano : Général Franklin Kirby
Alyssa Milano : Sully
Un vrai duo d’acteur quoi! C’est incroyable comme Alyssa Milano est une actrice caméléon fantastique et cela dès son plus jeune âge. Je n’en reviens pas mais je n’ai vu qu’elle et Schwarzy…

Synopsis
John Matrix, avec des gros muscles va casser la figure à Bennett, un ancien membre de son escouade qui a kidnappé sa fille pour le provoquer et prendre sa revanche sur lui. Manque de chance, John est vraiment super énervé car sa fille est tout ce qui compte pour lui. Des explosions, des morts, des blagues, qui s’en sortira vivant?

Anecdotes
Le premier titre choisi pour le film était « Matrix »
John Matrix tue 146 personnes dans le film, dont 138 en 10 minutes.
Trampolines et mannequins à foison dans la scène finale.
Dans les Simpson, le personnage récurrent de Rainier Wolfcastle alias McBain, est la caricature d’Arnold Schwarzenegger dans le rôle de John Matrix
Bill Paxton joue un petit rôle derrière un écran de contrôle, à vous de le trouver…

LA MICRO-CRITIQUE

Ce film représente la quintessence de l’action-movie des années 80. Schwarzy, militaires, gros bras, blagounettes, répliques cultes, armes de gros calibres, explosions bref, tout est là! Un canon de beauté du genre qui instaure des règles immuables : Bonheur du début, brisé par un méchant, souvent bien connu du héros, recherche active par le héros d’un être cher kidnappé par le vilain pour l’attirer dans un piège, grosses baffes, affrontement final, happy end. 1h30 emballé c’est pesé, tout est bouclé, on en ressort dynamisé et gonflé à bloc. Alyssa Milano illumine le film et comme elle est désormais quadra, on peut sans honte dire qu’on est amoureux d’elle. La musique du regretté James Horner, magnifie tout ça et hop, on a un film culte, sans équivoque et sans discussion possible. Mais pourquoi pas un top moumoute alors??? Quelques passages ont pris un petit coup de vieux, certains trucages sont mal cachés et j’ai un petit faible pour Alyssa Milano euh…. Pour Predator.

LA NOTE

Turbo bien

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 15 décembre 2015

    […] Et oui, il fallait que je parle de ce film incroyable, il peut paraître un peu « féminin » au premier abord, mais détrompez-vous, il est surtout juste, sincère, touchant et vrai. Il représente un des classique français du cinéma des années 80. C’est également le premier grand rôle de Charlotte Gainsbourg au cinéma à tout juste 14 ans et à laquelle, je dois reconnaître, je voue un culte un peu à la façon d’Alyssa Milano comme vous avez pu le remarquer lors de la micro-critique de Commando.  […]

  2. 1 janvier 2016

    […] Non, nous ne sommes pas dans la 4ème dimenseion, nous  sommes bien ce matin dans l’année 2016! oui, il fallait que je parle de ce film incroyable, il peut paraître un peu « féminin » au premier abord, mais détrompez-vous, il est surtout juste, sincère, touchant et vrai. Il représente un des classique français du cinéma des années 80. C’est également le premier grand rôle de Charlotte Gainsbourg au cinéma à tout juste 14 ans et à laquelle, je dois reconnaître, je voue un culte un peu à la façon d’Alyssa Milano comme vous avez pu le remarquer lors de la micro-critique de Commando.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *