EIGHTIES + Projection n°3

BanYetcha_FREDDY

Eighties +, c’est la micro-critique cinéma bimensuelle de Yetcha,
exclusivement pour vous sur eightieslepodcast.fr

Hé oui, malheureusement Wes Craven n’est plus, il nous a quitté le 30 août dernier d’une tumeur au cerveau. Il nous en aura fait vivre des choses intenses. Dès 1972 avec La dernière maison sur la gauche puis, pèle-mêle, La colline a des yeux, La ferme de la terreur, La créature du marais, L’emprise des ténèbres, Shocker, Le sous-sol de la peur, Scream, Red Eye… Pfffffui, ça en fait des souvenirs tout ça. Son dernier film, Scream 4 en 2011, partage les avis mais je ne m’étendrais pas plus sur ce sujet car aujourd’hui, dans Eighties plus, je rends hommage à Wes Craven au travers d’un film et surtout d’un personnage emblématique des eightophiles amoureux de l’horreur, j’ai nommé, Les griffes de la nuit avec Freddy Krueger !

Allez, le rideau se lève, il est temps de se caler dans son siège, la projection va commencer…

LES GRIFFES DE LA NUIT
(NIGHTMARE ON ELM STREET)

Freddy les griffes de la nuit

Sortie le 9 novembre 1984 aux États-Unis et le 6 mars 1985 en France
Réalisation et scénario : Wes Craven
L’ambiance sonore forte et immersive est signée James LaRue, qui a travaillé sur de nombreuses séries emblématiques comme MacGyver, Charmed ou X-Files, il fut également nominé aux Oscars pour Tron en 1982. Charles Bernstein est lui à la musique.
Pas moins de 5 mécènes, dont Robert Shaye, à croire que personne n’y croyait… Étonnant non!?!

 


Distribution partielle
Robert Englund : Freddy Krueger
Heather Langenkamp : Nancy Thompson
John Saxon : Donald Thompson
Johnny Depp dans son tout premier rôle : Glen Lantz
Lin Shaye, sœur du principal producteur (pistonnée?) : Professeur
Mimi Craven, femme du réalisateur (pistonnée?) : Infirmière

Synopsis
Un inquiétant personnage au visage brûlé et aux griffes acérées traque les jeunes gens d’une petite ville pendant leurs rêves. Le problème étant, que s’ils sont tués dans leurs cauchemars, ils meurent dans la réalité. Mais que recherche ce Freddy Krueger? Pourquoi tuer ces adolescents ? Il va falloir plonger dans son univers pour en apprendre plus, ou mourir.

Anecdotes
Une seule récompense en France, en 1985 à Avoriaz avec Le Prix de la Critique, Le Grand Prix étant revenu cette année là au chef-d’oeuvre de Cameron, Terminator!

Mais pourquoi « Freddy Krueger » ? Wes Craven disait qu’il avait donné le nom du jeune garçon qui le brutalisait lorsqu’il était enfant.

Craven aime les références cinématographiques. Ici, elles sont nombreuses:
– Le film que regarde Nancy pour rester éveillée est Evil Dead.
– Quand Freddy passe à travers le mur, le masque de hockey est celui du tueur Jason Voorhees héros de la franchise des Vendredi 13.
– La chanson écoutée par Glen (Johnny Depp) est la même que celle écoutée par Laurie Strode (Jamie Lee Curtis) l’héroïne de Halloween. Le titre est Don’t Fear The Reaper interprétée par Blue Öyster Cult.
– On retrouve également de nombreuses références à ses premiers films La Colline a des yeux ou La ferme de la terreur.
– A l’inverse,  Les griffes de la nuit est devenu une référence privilégiée de Wes Craven. Ce dernier avait même repris les habits de Freddy lors d’une apparition surprise en balayeur dans le célèbre Scream.

Comme vous devez tous le savoir, c’est le premier film dans lequel Johnny Depp apparaît.

Le film est parodié dans le Simpson Horror Show VI avec l’épisode intitulé « Cauchemar sur Evergreen Terrace » où Freddy est remplacé par Willie, le concierge de l’école.

Wes Craven ne souhaitait pas de suite, néanmoins, sa maison de production, à l’idée de profits importants à venir, lui imposa une fin présageant de suites éventuelles.

 

LA MICRO-CRITIQUE

Un classique de l’horreur des 80’s. Wes Craven nous offre ici un bijou de sursaut et de peur. Le personnage de Freddy Krueger est ultra charismatique, et Robert Englund qui l’incarne aura bien des difficulté à s’en défaire tellement son jeu est extraordinaire. Les effets spéciaux sont toujours très très bons, en dehors de quelques surimpressions « cheap ». La scène du lit avec Johnny Depp m’a donné des sueurs froides étant jeune et fait, encore aujourd’hui, froid dans le dos. L’idée géniale de Craven a été de créer ce tueur qui intervient dans les rêves des ados. La peur de s’endormir, de se faire tuer dans son rêve mais qui deviendra réalité si jamais cela arrive, c’est tellement angoissant. Dire que j’ai vu ce film pour la première fois sur Canal + alors que je n’avais que 12 ans, autant dire qu’il m’a marqué au fer rouge. Un très très grand film pour une saga tout aussi bonne. Le récent remake a malheureusement terni l’original vers lequel il faut exclusivement se retourner.

LA NOTE

Top moumoute

perruque-annaces-80-coupe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *