EIGHTIES + projection N°25

BanYetcha_Victoire

Eighties +, c’est la micro-critique mensuelle cinéma de Yetcha, exclusivement pour vous sur eightieslepodcast.fr

Et 1 et 2 et 3…………4, 5, on peut continuer longtemps comme ça (je vous entends chanter la vraie suite dans votre tête). Nous mais vous ne croyez tout de même pas que j’allais vous parler foot? Et bien si, enfin pas tout à fait car nous sommes tout de même ici dans une chronique cinéma avant tout. Quoique, lorsqu’on y réfléchi, de nombreux footeux auraient leur place sur le grand écran tellement le jeu d’acteur et la simulation est de mise dans leur business, ben oui, je ne vais quand même pas appeler ça un sport! Enfin bref, ici c’est John Huston qui lâche l’artillerie lourde dans un film méconnu et plutôt mal considéré.

Allez les eightophiles, on enfile son short et ses crampons car le coup de sifflet a retenti…

À NOUS LA VICTOIRE (ESCAPE TO VICTORY / VICTORY)

A nous la victoire 1981 real : John Huston Sylvester Stallone Michael Caine pele COLLECTION CHRISTOPHEL


Sorti en premier lors d’un festival en…. Union Soviétique, le 7 juillet 1981, aux États-Unis le 16 juillet 1981 puis en France le 23 septembre 1981.

Réalisation : John Huston, lui-même. Besoin de précisions? Le faucon maltais, Key Largo, Les désaxés, Moby dick….
Scénario : Le vrai nom à retenir est celui de Jeff Maguire, auteur de plusieurs bonnes choses comme Dans la ligne de mire ou Timeline
Musique : Bill Conti, l’incontournable F.I.S.T, Rocky II, Rocky III, L’étoffe des héros, Karaté Kid, Le grand bleu version US etc etc etc
Production : Freddie Fields et à noter en co-production, le futur grand Mario Kassar qui nous a tant donner de souvenirs dans les eighties, mais aussi les nineties!

 

Distribution partielle

Sylvester Stallone : Capitaine Robert Hatch
Michael Caine : Capitaine John Colby
Max Von Sidow : Major Karl Von Steiner
Pelé : Caporal Luis Fernandez
Bobby Moore : Terry Brady
Osvaldo Ardiles : Carlos Rey
Paul Van Himst : Michel Fileu
Gary Waldhorn : Hauptmann Reiner Mueller
Arthur Brauss : Lutz
Amidou : André
Jean-François Stevenin : Claude
Carole Laure : Renée
Michel Drhey : Commentateur sportif
Werner Roth : Baumann

Synopsis

Pendant la seconde guerre mondiale, au cours de l’été 1943 dans le camp de Gensdorf, les prisonniers tuent le temps en jouant au football. Le commandant du camp, un ancien joueur international allemand souhaite opposer l’équipe des prisonniers entraînée par le capitaine John Colby, à une sélection de soldats allemands. Colby accepte l’idée avec deux conditions : que ses joueurs jouissent d’un traitement de faveur et que soient réunis dans l’équipe les meilleurs joueurs de tous les camps de prisonniers. Le match doit avoir lieu à Colombes, en France, et, bientôt, un étonnant projet d’évasion se dessine autour du capitaine Robert Hatch, un Américain qu’il faudra initier au ballon rond et qui deviendra le gardien de l’équipe.

Anecdotes

D’autres têtes d’affiche avaient été approché pour jouer dans le film, comme, Clint Eastwood, Alain Delon ou Lloyd Bridges.
Stallone à lui seul pourrait remplir la rubrique « anecdotes »:
– Il a fait son cavalier seul pendant les repas avec ses propres gardes du corps.
– Il a perdu 20kg pour coller plus à l’allure d’un prisonnier.
– Il a jouer les coq auprès de toutes les femmes du plateau.
– Il a perdu 2000 dollars dans un bras de fer contre le footballeur Kevin Beattie, doublure de Michael Caine.
– Il s’est cassé un doigt en voulant arrêter un tir de Pelé après avoir parié 1000 dollars qu’il pouvait arrêter 6 penaltys.
– Il s’est déboîté l’épaule en voulant stopper un ballon.
– Il a fallu 17 prises pour la séquence finale car il n’arrivait pas à arrêter le ballon, la bonne prise fut réalisé après 19 nouvelles prises car lors de la 17ème, les autres acteurs n’ont pas réagi tellement Stallone n’arrivait à rien.
-Jean-François à qualifié Stallone « d’abruti » son comportement.
– Carole Laure, elle, l’a qualifié de « basique ».

LA MICRO-CRITIQUE

Si John Huston a pris le tournage un peu par dessus la jambe, il reste néanmoins une belle maîtrise du sujet et une situation cocasse dans un milieu si dur. L’originalité supplémentaire, au-delà même du casting d’acteurs impressionnant est la présence de vrais joueurs de football internationaux de différentes nationalités (comme dans les prisons de l’époque) européennes des années 70-80. un très bon divertissement qui subit souvent les foudres des critiques que je trouve personnellement un peu dures. On passe un bon moment, et c’est bien l’essentiel.

LA NOTE
Roule ma poule

Roule ma poule

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *