EIGHTIES + projection n°20

 BanYetcha_TurbokidEighties +, c’est la micro-critique cinéma bimensuelle de Yetcha, exclusivement pour vous sur eightieslepodcast.fr

Cela faisait longtemps que je n’avais pas parlé d’un film récent. Alors je répare cette infamie en attaquant aujourd’hui Turbo Kid, une très belle mise en image de ce qui nous tient à coeur.

Allez les eightophiles, on se met sur le grand plateau, on choisit le petit pignon et on pédale fort…

TURBO KID

Turbo kid
Date de sortie aux États-Unis le 26 janvier 2015 (Festival de sundance) et en France le 4 septembre 2015 (L’étrange festival).
Réalisation et Scénario : François Simard, Anouk Whissell, Yoann-Karl Whissell.
Production : EMA Films et Timpson Films
Distribution : Raven Banner Enterntainement et Filmoption International


Distribution partielle

Munri Chambers : The Kid
Michael Ironside : Zeus
Laurence Leboeuf : Apple

Synopsis

Dans un monde apocalyptique, un garçon passionné par les BD survit en échangeant contre un peu d’eau les objets qu’il trouve dans les ruines des Terres Désolées. L’enlèvement de son amie Apple par le maléfique Zeus le forcera à affronter ses peurs et à devenir un héros malgré lui.

Anecdotes

Le film est l’adaptation d’un court-métrage « T is for Turbo »  de 2011.
Quand Apple mange des céréales dans un bol, il est écrit « Soleil vert », référence au film éponyme de 1973.
Le film est censé se passer dans un désert sec, mais les pluies durant le tournage ont modifiées le scénario en ajoutant des pluies acides.
Souvent cité comme le Mad Max en BMX!
Même si les références aux années 80 sont nombreuses, le film se passe en 1997.
Des références aux jeux vidéo sont également présentes (le niveau de vie d’Apple façon The Legend Of Zelda, ou le masque du gladiateur faisant penser à Vega dans Street Fighter 2.

LA MICRO-CRITIQUE

Une très jolie surprise, un monde post-apocalyptique qui se passe en 1997 et qui donc s’adresse fortement aux jeunes des années 80 finalement, puisque Turbo kid est un ado. De ce fait, les clins d’oeil vers notre enfance sont renforcés par la présence des vélos, la carte à jouer dans les rayons, le Viewmaster. Cependant, le monde qu’ils ont créé est, en définitive, plus crédible que certains autres mondes post-apo puisque les machines dépérissent, l’essence on s’en doute n’est plus présente, donc la force des mollets avec le vélo s’impose logiquement. Passé un court instant de WTF, on est très vite embarqué dans cette histoire gore/drôle/SF/action… A noter que l’engin de torture fabriqué avec le vélo est vraiment bien trouvé et gore à souhait.

LA NOTE
Top moumoute

perruque-annaces-80-coupe

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Spades Spades dit :

    un de mes films coup de cœur de l’année passé avec le non moins surprenant et très 80’s dans l’âme the Final Girls

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *