Decennies #63 Les jeux de rôles

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. =Don Cristo= dit :

    J’ai obtenu un « 1 » au dé et le téléchargement a échoué.
    Le MJ m’a permis de réessayer. C’était un semi-échec: cette fois, j’ai fait un 4; c’est tout de même passé… de justesse.

    Voilà que je contemplais, comme fasciné par elles, les flammes qui s’élevaient dans l’âtre, tandis qu’un groupe d’aventuriers s’invectivait joyeusement à quelques pieds de moi au sujet de la sournoiserie de l’un d’entre eux, qui venait de chaparder quelques menues piécettes.

    L’hilarité que je tentais de dissimuler s’effaça subitement lorsque s’élèva derrière moi une voix, forte et chargée de menace, qui me fit sursauter. Heureusement, je n’en étais pas la cible, contrairement à ces trolls que j’avais aperçus, à quelques lieues à peine, le matin même. Je ne pus m’empêcher de les plaindre, avant de me rappeler de quelle vile engeance il s’agissait.

    Il ne me fallut guère plus d’un instant pour comprendre qu’indisposer cette troupe me vaudrait quelque trouble. Je me serais vu fort marri si, indisposant sans le vouloir mes voisins, j’eusse fini occis ou embroché comme du gibier. Ainsi, je décidai par sûreté de m’éloigner quelque peu. Pas assez cependant pour n’être plus en mesure de les entendre converser. Je m’assurai de n’en manquer mie, car j’avais compris que je trouverais mon intérêt était de saisir chacun de leurs mots. Ils ne le savaient guère, mais je m’apprêtais à suivre discrètement chacun de leurs faits et gestes.

    Point ne vous en dirai plus pour l’instant: la suite, plus tard vous la narrerai.

    • =Don Cristo= dit :

      Que les vils malandrins se gaussant de ma langue fourchue cessent séance tenante ce sinistre persiflage. Certes mes paroles à la fin se sont embrouillées, mais le sommeil, en cette heure tardive, déjà me gagnait. De ceux qui sont encore capable de compassion, je demande la clémence. Quant aux cuistres moqueurs, qu’ils soient prêts à goûter le camouflet que je m’apprête à leur infliger pour les punir de leur outrecuidance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *